Français - English - Español

Lutte anti-terroriste et respect des droits humains (2007)



Depuis le début de ce nouveau millénaire, des termes tels que terroriste, terrorisme, la lutte contre le terrorisme, etc. font partie du quotidien de chacun-e, sans pour autant qu’on sache exactement ce qui se cache derrière ces vocables, ni s’ils sont utilisés à bon escient.


D’ailleurs, au nom de la sacro-sainte « lutte contre le terrorisme », des mesures anti-démocratiques et clairement liberticides (surveillance vidéo, écoutes téléphoniques, contrôle des courriers électroniques privés...) sont im-posées, y compris dans des pays dits démocratiques, dans un climat de peur créé bien souvent artificiellement ou rapidement exploité. Pire, le recours à des pratiques de torture, d’assassinats et/ou disparitions forcées sont admises par les « grandes démocraties » pour sauver « des vies innocentes » alors que ces pratiques d’un autre âge sont bannies officiellement depuis plusieurs décennies dans ces pays et interdites par des conventions internationales. Dans un tel climat et avec ce type de méthodes expéditives, les droits hu­mains sont violés, l’Etat de droit est fréquemment bafoué et la présomption d’innocence est souvent oubliée. C’est aussi une occasion « rêvée » pour cer­tains gouvernements, en se réfugiant derrière la menace « terroriste », de faire approuver des budgets militaires et sécuritaires colossaux au détriment des budgets sociaux, réprimer les luttes sociales et politiques -les taxant bien sou­vent de « terroristes »-, etc.

La présente brochure n’a pas pour ambition de traiter tous les aspects d’un sujet extrêmement complexe et hautement controversé. Elle comporte quatre chapitres dont le premier traite de la définition du terrorisme et la nécessité de faire la distinction entre ce dernier et les luttes de libération nationale et sociale.

Le chapitre 2 expose quelques exemples du terrorisme d’Etat dans le passé récent, car cet aspect est de façon générale le grand absent des débats lorsqu’il n’est pas manipulé par les puissances aux seules fins de chantage et de mobilisation de l’opinion publique.

Les chapitres 3 et 4 sont consacrés à un état des lieux concernant le trai­tement de cette question dans des instances internationales et régionales. Dans le chapitre III, nous avons délibérément choisi l’Europe occidental et les Etats-Unis pour examiner l’impact des mesures dites anti-terroristes au niveau natio­nal. Et cela pour trois raisons.

Premièrement, ces pays, « berceaux des droits de l’homme et de la démocratie », glissent dangereusement vers un régime peu respectueux de ces valeurs alors qu’ils prétendent le contraire. Deuxièmement, si les réfugiés et immigrés sont particulièrement ciblés dans ces pays, ces me­sures n’épargnent nullement leurs propres ressortissants. Troisièmement, vu la position de domination de ces pays dans le monde, les mesures prises ont un impact néfaste non seulement sur les droits humains en général et le droit à l’autodétermination des peuples en particulier, mais également sur le droit international humanitaire et les systèmes de justice pénale.

Le phénomène du terrorisme, ayant des causes et conséquences aussi bien sociales, politiques, idéologiques qu’économiques, doit être étudié sous toutes ses formes et c’est seulement ensuite qu’on pourra y faire face efficacement.


calle

ISBN 2-88053-063-6
calle
Mots-cl�s

calle

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Site réalisé avec le soutien de la Fondation de France et de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme | Juristes-Solidarités participe à la Coredem | Action soutenue par la région Ile-de-France