Français - English - Español

Formation juridique pour les femmes




La formation juridique de femmes des secteurs populaires, dirigeantes communautaires, ouvrières et syndicalistes est effectué par INDESO﷓MUJER (Rosario, Argentine) à travers les Cours de Formation de Conseillères Juridiques. L’objectif des cours est de former les femmes pour qu’elles puissent assumer le travail de conseil juridique et de prévention dans la communauté où elles habitent ou travaillent. Quatre sessions ont déjà eu lieu, ayant une participation d’environ quinze personnes par session. Toutes les participantes habitent dans des quartiers de la ville de Rosario. Les modules de formation sont les suivants : le droit et les secteurs opprimés ; le système judiciaire, démystification du droit et de la loi ; violence familiale, travail à domicile, minorité, problèmes dérivés de la dissolution du mariage, droit de la concubine, discrimination de l’employée de maison. Le cours part de l’idée que la formation juridique est un processus dans lequel les femmes, au﷓delà de l’acquisition de connaissances et d’informations sur les lois, le droit et les procédures de justice, peuvent arriver à la critique des dispositions en place, et formuler des propositions de réforme. Les cours sont organisés à partir d’une méthode participative. Les destinataires peuvent exprimer librement leurs doutes et questionnements en discutant sur un pied d’égalité avec les formatrices. Même si l’équipe responsable de la formation sélectionne les thèmes à partir d’un diagnostic des problèmes les plus préoccupants de la communauté, un va﷓et﷓vient a lieu pendant le processus de formation. La confrontation de la proposition de l’équipe avec les besoins exprimés par le groupe, permet de revoir l’ensemble des thèmes et la méthodologie, d’effectuer des changements et de mieux répondre aux attentes réciproques. Parmi les problèmes détectés pendant les cours de formation, nous pouvons citer : a) la mobilité permanente des participantes qui rend difficile l’apprentissage, la réflexion et l’évaluation du travail. Parfois cette mobilité est en relation avec la situation personnelle de la participante : les problèmes familiaux, le manque d’expérience dans la participation aux cours, favorisent l’absentéisme. b) Hétérogénéité : malgré les efforts de l’équipe d’établir et de faire respecter les critères de participation qui facilitent l’intégration du groupe, les différences d’intérêt, d’appartenance, de niveau d’alphabétisation persistent toujours. Ceci rend difficilement réalisable l’objectif d’un apprentissage homogène chez les participantes. c) L’aggravation de la crise économique et, par conséquent, de la lutte pour la survie dans les secteurs populaires, empêche et rend difficile la participation des femmes. En effet, elles doivent consacrer plus de temps au travail (au foyer et en dehors de celui﷓ci), délaissant les travaux communautaires et la formation.


calle
calle
Mots-cl�s Critique du droit - Droit - Droit-outil pédagogique - Droits des femmes - Evaluation - Femme - Formation - Formation de parajuristes - Para-juriste - Population défavorisée - Systématisation d’expériences - Vulgarisation du droit - Droit-Développement -

calle

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Site réalisé avec le soutien de la Fondation de France et de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme | Juristes-Solidarités participe à la Coredem | Action soutenue par la région Ile-de-France