Français - English - Español

L’Avocat populaire face au pouvoir judiciaire.

Droit et créativité : une expérience parmi les travailleurs ruraux




L’auteur, avocat, conseiller de la Commis-sion Pastorale de la Terre et de syndicats de travailleurs ruraux dans les régions de l’Araguaia-Tocantins, dans le Goais et dans d’autres régions du Nord du Brésil, nous présente sa pratique. Constatant que la justice (l’appareil judi-ciaire), quand elle existe, est totalement du côté des grands propriétaires, du latifundio (grand domaine), il en est venu à penser que cette justice vaut d’autant plus qu’elle fonc-tionne moins, car sa mise en oeuvre signifie expulsions des travailleurs et légalisation de la violence au profit du latifundio. Ainsi, il a commencé à rechercher les brèches qu’offre la législation, les voies qui peuvent rendre moins efficaces la justice des proprié-taires. En clair, il a cherché ces dernières années à faire traîner au maximum les procédures de manière à ce que les procès ne parviennent jamais au jugement ; depuis dix ans pratiquement tous les procès se perdent dans les sables mouvants. Plusieurs techni-ques de guérilla juridique sont présentées à partir de faits concrets des luttes foncières. Rappelant l’impossibilité de lutter individuel-lement pour défendre efficacement la posses-sion d’une terre, souligne l’importance d’un travail politique avec la communauté des "posseiros" (nul ne peut défendre sa terre tout seul), que l’avocat des posseiros, le conseil juridique du syndicat, aient une vision politique globale et pas seulement des connaissances technico-juridiques. Les "posseiros" étant toujours très légalistes, c’est un travail très difficile qui nécessite de la part de l’avocat, compétence pour mettre en échec le fonctionnement du système judiciaire qui va toujours à l’encontre des petits paysans, pour montrer comment la possession vaut en tant que donnée de fait, comme occupation qui produit le droit, beaucoup plus que le titre qui peut être falsifié. Enfin, il rappelle l’importance de la mise en place de services para-légaux ou d’agents susceptibles d’assister l’avocat dans son travail. Il explique comment avec l’aide de très nombreux camarades il a constitué un service à distance qu’il appelle "télé-juridi-que", très utile en raison de la longueur des déplacements et donc de l’impossibilité pour l’avocat de se déplacer dans les délais légaux.


calle
calle
Mots-cl�s Avocat - Avocat populaire - Droit - Foncier-rural - Guérilla juridique - Justice - Lutte foncière - Pouvoir judiciaire - Répression - Service juridique - Système judiciaire -

calle

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Site réalisé avec le soutien de la Fondation de France et de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme | Juristes-Solidarités participe à la Coredem | Action soutenue par la région Ile-de-France