Français - English - Español

La Maison de Justice dans la cité : le glaive et la balance




Au pied d’un immeuble du quartier de Gennevilliers (banlieue parisienne), une antenne de justice occupe depuis novembre 1991 une ancienne boucherie. C’est la dixième du genre en France, créée après les "Maisons de justice et du droit" de Cergy, Argenteuil, Sarcelles, Lyon (où on en compte quatre), Villeurbanne ou Vaulx-en-Velin, toutes dans des banlieues dites "difficiles". L’émission "Grand angle" de France Culture (Radio France) a proposé un programme le 9 mai 1992 sur les maisons de justice et plus particulièrement sur celle de Gennevilliers, créée à l’initiative du Parquet et financée par la municipalité et le conseil général, mais autonome à leur égard. Cette structure décentralisée "privilégie la médiation", avec le souci de réconcilier l’habitant avec la justice dans ce quartier défavorisé. Plus que d’une médiation, il s’agit d’une "conciliation-réparation", exercée par un ma-gistrat en plus de sa fonction habituelle, ce qui représente une surcharge de travail importante. Les avantages de cette justice de proximité, selon les promoteurs, sont nombreux : rapide, elle permet de traiter une petite et moyenne délinquance d’habitude peu ou mal traitée. "Les délais de convoca-tion très courts après le délit (4 jours au lieu de 15 jours) permettent une réflexion alors que l’oubli n’est pas encore intervenu", facilitant ainsi le dialogue pour aboutir à un compromis et une réparation raisonnable. En rassemblant d’autres intervenants (asso-ciation de victimes, comité de probation, psychologue, travailleurs sociaux), la maison de justice a pour ambition d’assurer non seulement le règlement des problèmes judi-ciaires mais aussi un service social ou médical, donnant une autre idée de la justice. Dépassant la vision d’une justice uniquement répressive, elle veut jouer un rôle préventif, d’information juridique, et même de protection (en particulier contre les abus de la police). Les jeunes de Gennevilliers semblent satisfaits de ce dialogue ouvert avec la justice. Pour sa part, le commissaire de police en espère une plus grande compré-hension, par les magistrats, des problèmes quotidiens des fonctionnaires de police, des citoyens et même des délinquants. Les réserves exprimées sont malgré tout nombreuses : d’un côté, certains juges craignent qu’une justice trop proche n’offre pas l’anonymat et la "neutralité" souhaitée par certains utilisateurs, et n’assume plus la fonction d’arbitrage du jugement (distincte de la question de la connaissance des problèmes des gens). De l’autre, certains jeunes n’y voient qu’un outil supplémentaire de répression, tandis que des victimes ou le commissaire de police déplorent la faiblesse de son approche non-répressive ! L’avenir des maisons de justice fait l’objet d’un débat : faut-il légiférer et les généraliser, au risque, selon Pierre Lyon-Caen, magistrat, de provoquer des déviations (excès de répression, compromissions). Ce dernier souhaite cependant leur extension aux quartiers défavorisés, ce que condamne Marc Monnard, père des maisons de justice, qui refuse d’y voir une "justice d’exception pour les quartiers difficiles", mais préfère associer les maisons de justice à un certain type de contentieux (pensions alimentaires, représen-tation d’enfants, etc.).


calle
calle
Mots-cl�s Conciliation pénale - Délinquance - Jeunes - Justice - Maison de justice - Médiation juridique - Milieu urbain - Population défavorisée - Pratique du droit - Prévention de la délinquance - Résolution extra-judiciaire des conflits -

calle

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Site réalisé avec le soutien de la Fondation de France et de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme | Juristes-Solidarités participe à la Coredem | Action soutenue par la région Ile-de-France