Français - English - Español

La popularisation du droit en milieu rural - Ridd-Fitila




Créée en 1993, Ridd-Fitila (Ridd : Réseau d’intégration et de diffusion du droit, "fitila" signifie "lumière" en langue haoussa) "est une ONG nigérienne qui a pour objectif principal la diffusion du droit en milieu rural". En effet,au Niger, " les masses rurales qui représentent plus de 85% de la population et qui sont majoritairement analphabètes ont toujours été marginalisées sur le plan juridique. Elles ne connaissent du droit que ses manifestations négatives : répression policière, privation de droits". RIDD-Fitila part de la constatation que cette ignorance de ses droits écarte la population rurale des affaires publiques et de la vie de la nation. En vue de mettre "le droit à la portée de tous", Ridd-Fitila a initié un programme dénommé "loi au village". L’objectif de ce programme est de responsabiliser les populations rurales par l’information et la formation juridique dans la perspective d’un approfondissement de la démocratie de base. A cet effet, l’association souhaite d’une part, améliorer la connaissance des droits et des devoirs des masses rurales défavorisées et d’autre part, d’influencer l’adaptation des règles de droit aux aspirations des populations. Ridd-Fitila insiste ainsi sur une relation interactive et le lien qui doit se développer entre le droit et la population. A cette fin, l’organisation a mis en place plusieurs actions, en particulier au travers d’une opération d’assistance et de conseils juridique et d’une autre axée sur la circulation et la diffusion d’informations juridiques : - un réseau de 150 para-juristes villageois : ces para-juristes locaux sont des volontaires (cadres locaux, enseignants, agents de santé, agents des eaux et forêts...) qui ont été formés par des spécialistes du droit. Ils bénéficient de la confiance des villageois et ont pour rôle de les informer, les former et les conseiller. Ces parajuristes ont reçu une formation intensive spécifiquement adaptée aux besoins des communautés rurales (une enquête sociologique dans les villages avait été menée au préalable en vue de mieux cerner les problèmes juridiques qui s’y posent). Ils ont pour mission de retranscrire en langage clair et simple les textes de droit aux populations rurales, de les diffuser, de les faire comprendre et ainsi apporter une assistance juridique rapprochée qui leur a toujours fait défaut. Ils donnent également des conseils juridiques et contribuent à la résolution des conflits. De plus, toujours dans une logique d’influence réciproque droit/milieu rural, les para-juristes font fonction de "porte-voix des populations auprès des autorités et leur indiquent les imperfections et les difficultés d’application de certaines lois en milieu rural." - 17 centres d’appui et de conseil juridique en milieu rural à l’attention des femmes : les femmes, particulièrement marginalisées en milieu rural, représentent en réalité plus de 52 % de la population nationale au Niger. Ces centres ou "cliniques juridiques" ont pour objectif de faire prendre conscience à ces femmes de leur citoyenneté en leur faisant découvrir le lien qui existe entre leur vie quotidienne et le droit et en les familiarisant avec la justice. "La philosophie du projet est de privilégier la connaissance et l’utilisation du droit dans les activités quotidiennes des femmes". Les centres ont été créés dans les chefs-lieux d’arrondissement où se trouvent en général les tribunaux. Ils sont chargés de l’information, la formation, l’éducation civique et l’assistance juridique et judiciaire des femmes. Ce sont des centres d’appui-conseil destinés à faire prendre conscience aux femmes des droits qui leur sont reconnus par la constitution et les lois du pays, le droit étant "un service public à la disposition de tous". Ces cliniques sont animées par des femmes juristes volontaires qui sont là pour répondre à toutes les questions sur les points de droit, et également pour former les femmes qui pourront à leur tour les remplacer et faire de la formation. D’après Ridd-Fitila, cette expérience demande beaucoup d’attention et de suivi car il n’existe aucune référence dans ce domaine au Niger. Mais ces intitiatives semblent bien acceuillies par les autorités. Ridd-Fitila mène également une action plus générale par la diffusion d’informations juridiques dans des émissions radios dans les langues nationales et par la conduite d’une animation populaire en organisant notamment de forums civiques en milieu rural.


calle
calle
Mots-cl�s Accès au droit - Assistance juridique - Citoyenneté - Clinique juridique - Droit - Femme - Formation de parajuristes - Information juridique - Milieu rural - Population rurale - Résolution des conflits - Service juridique -

calle

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Site réalisé avec le soutien de la Fondation de France et de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme | Juristes-Solidarités participe à la Coredem | Action soutenue par la région Ile-de-France