Français - English - Español

Droits de l’homme et dialogue interculturel



Auteur : Christoph Eberhard

Préface : Marie-Claire Foblets

Editeur : Connaissances et savoirs, Paris, France

ISBN : 9782753901858


Christoph Eberhard est chercheur et Professeur invité en anthropologie et théorie du Droit aux Facultés Universitaires Saint Louis à Bruxelles et membre du Laboratoire d’Anthropologie juridique de Paris de l’Université Paris I - Panthéon-Sorbonne. Il travaille depuis de nombreuses années sur la question du Droit dans le dialogue interculturel et explore actuellement les enjeux de la gouvernance et du développement durable pour une globalisation responsable et interculturelle. Parmi ses ouvrages sur la même thématique, on notera, entre autres, comme auteur Le Droit au miroir des cultures. Pour une autre mondialisation (Paris, 2010) et Oser le plurivers. Pour une globalisation interculturelle et responsable (Paris, 2011) et comme directeur scientifique Droit, gouvernance et développement durable (Paris, 2005) et Traduire nos responsabilités planétaires. Recomposer nos paysages juridiques (Bruxelles, 2008).

- Les premières lignes

Extrait de la préface de Marie-Claire Foblets, Professeur d’anthropologie du droit à la Katholieke Universiteit Leuven

J’ai l’immense plaisir de pouvoir rédiger la préface de cet ouvrage. À n’en pas douter, c’est une excellente initiative que prenait Christoph Eberhard de retravailler le volume qu’il sortait en 2002. En effet, on ne saurait suffisamment accentuer l’actualité de sa réflexion sur les tenants et aboutissants du dialogue entre les cultures juridiques à travers le monde, au moyen de l’instrument qu’offrent les droits de l’homme. Elle le fut déjà en 2002, elle l’est aujourd’hui plus que jamais. Le défi est de taille.

En découvrant les travaux de Christoph Eberhard - sa bibliographie s’est effectivement enrichie de manière spectaculaire depuis 2002 - on est frappé par l’originalité de la démarche. Celle-ci associe, d’une manière tout à fait audacieuse, la trajectoire personnelle de l’auteur à la rigueur scientifique. L’approche peut surprendre, car elle est inhabituelle. Elle est d’autant plus enrichissante pour le lecteur qui s’intéresse à la « pluriculturalité » et à la complexité qui accompagne celle-ci sur le plan du droit. Christoph Eberhard apporte un témoignage qui ne saurait être dissocié d’un exercice d’analyse de longue haleine auquel l’auteur s’applique depuis qu’il découvrait, jeune étudiant à Paris dans les années quatre-vingt-dix, la perspective anthropologique. Les nombreux épisodes investis depuis, dans un fructueux va-et-vient entre l’Europe et les autres continents du globe, entre la théorie et la pratique, entre le droit et l’approche « métajuridique », traduisent tout à la fois un investissement irremplaçable sur le vaste terrain des droits de l’homme et un effort de développement des idées particulièrement soutenu, imprégné d’un débat continu avec les auteurs dont il s’inspire.

Depuis 2000, l’année où il soutenait sa thèse de doctorat à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, de nombreux étudiants et chercheurs, aux horizons les plus divers, ont pu bénéficier des enseignements éclairés de Christoph Eberhard. Quiconque suivait un de ses cours, que cela soit en France, en Belgique ou ailleurs, reconnaît en lui un penseur qui, au carrefour du droit et de la culture dans ses formes les plus diverses, cherche à dépasser une approche technicienne des droits de l’homme, pour démontrer que le système universel des libertés, dites irréductibles de la personne, est lui aussi une culture. Il le fait avec pouvoir de conviction. Son ouvrage, parfaitement maîtrisé dans la forme comme sur le fond, prend pour thème cette démonstration.


calle
calle
Mots-cl�s

calle

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Site réalisé avec le soutien de la Fondation de France et de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme | Juristes-Solidarités participe à la Coredem | Action soutenue par la région Ile-de-France