Français - English - Español

Formation de formateurs de parajuristes en Afrique de l’Ouest

Le projet Renforts (1997-99)




Résultat et étape d’un long processus d’échanges et de collaboration engagé au début des années 90 entre Juristes-Solidarités et ses partenaires africains, le projet RENFORTS avait pour objet de proposer à 22 associations d’Afrique de l’Ouest et centrale un cadre d’échanges d’expériences et de réflexions autour d’une des activités principales de leur action, la formation de parajuristes. Pendant donc deux ans, des ateliers ont été organisés au sein de 2 pôles géographiques d’animation regroupant les associations en fonction de leur proximité géographique et affinités culturelles (pôles Mali-Sénégal-Burkina Faso-Niger-Guinée et Bénin-Togo). De cette façon, des formateurs de parajuristes des différentes structures se sont retrouvés à échéance régulière, déterminant le contenu de leurs échanges et assurant l’animation des ateliers. Tout cela en définitive, dans l’objectif de pouvoir valoriser leurs propres pratiques de formation, auto-évaluer ces dernières au regard de l’expérience des autres, résoudre collectivement des problèmes qui n’avaient pas trouvé de réponses individuelles, ou harmoniser pour plus d’efficacité et de cohérence certains aspects de l’action parajuridique développée dans la sous-région. Les 9 ateliers organisés à Bamako (Mali), Dakar (Sénégal), Bagbé (Togo), Cotonou et Pahou (Bénin) ont porté sur des sujets tels que la question du statut du parajuriste, le contenu et la méthodologie de formation de ce dernier, le suivi de ses activités, son rôle face aux politiques de décentralisation ou encore les techniques de communication appliquées à l’animation juridique. Dans le prolongement de ces nombreux échanges, le projet a également permis aux associations participantes d’exécuter un certain nombre de micro-projets visant, pour la plupart, à mettre en pratique les enseignements dégagés des ateliers. Certains ont ainsi visé au recyclage de parajuristes déjà formés, à la formation de nouvelles promotions, à la mise en place de centres mobiles d’information en milieu rural, à l’achat de matériels audiovisuels d’animation, etc. A l’occasion du dernier atelier, les 22 associations, réunies pour la première fois, ont décidé, en vue d’assurer la continuité de leurs échanges au delà de l’exécution du projet, de formaliser leurs liens, en donnant naissance au RASPAP, le Réseau Africain des Structures de Promotion de l’Action Parajuridique. A l’instar du projet Renforts, le RASPAP a conservé la formule des pôles géographiques d’animation et un comité de coordination est en charge des relations entre les pôles. Un programme d’activités a été conçu pour le court et moyen terme. A la date de rédaction de cette fiche, l’évaluation finale du projet Renforts était encore inachevée. Elle devrait rendre compte des répercussions du projet sur les activités des uns et des autres, les individus comme les associations, de l’ensemble des travaux qui auront été produits et des résultats obtenus au regard des objectifs affichés au départ. Elle s’attachera également à tirer les leçons de cette expérience collective, non seulement au niveau des ateliers, de leur préparation, de leur animation, de la méthode adoptée d’auto-formation par l’échange, qu’au niveau des relations humaines et de la façon dont ont pu se nouer, à la faveur de deux années d’activités, des liens étroits entre les participants. Le projet Renforts, ce fût également la participation effective des associations africaines à l’élaboration du projet, à sa mise en oeuvre et à son évaluation, la présence tout au long du programme des mêmes groupes de participants, la valorisation des resssources internes de chaque groupe dans l’organisation et l’animation des ateliers ou encore la volonté d’engager très vite, au cours des ateliers, un débat sur les conditions de pérennisation des échanges au delà du projet. S’agissant du RASPAP, le fait que ce dernier soit le fruit d’un processus de réflexion, que tous les protagonistes se connaissent bien pour s’être cotoyés et avoir travaillé ensemble pendant deux ans, que ces derniers aient opté pour un fonctionnement de réseau souple et décentralisé, que le projet Renforts ait vraisemblablement la possibilité d’appuyer ses premiers pas constitue autant d’atouts qu’il ne reste plus maintenant qu’à bonifier. Associations ayant participé au projet Renforts : CADD, RADI (Sénégal), ADDEF (Guinée), AJM, AMADE, ASARED, DEME SO, CADEF (Mali), PF/DS (Burkina Faso), RIDD FITILA (Niger), AFJB, AHAVA, ASSODIV, CBDIBA, CDDH, FAP, NONE (Bénin), CERAD, CRACD, GF2D, Juris-Club (Togo), FCDD (RDC).


calle
calle
Mots-cl�s Autoformation - Droit - Droit-outil pédagogique - Echanges d’expériences - Education - Education juridique - Formation - Formation de parajuristes - Formation juridique - Organisation communautaire - Projet pilote - Relation droit/développement -

calle

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Site réalisé avec le soutien de la Fondation de France et de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme | Juristes-Solidarités participe à la Coredem | Action soutenue par la région Ile-de-France