Français - English - Español

Une communauté se mobilise contre la violence subie par les enfants et les adolescents : l’expérience de Ilha de Santana, Olinda-PE




La communauté de Ilha de Santana (à la périphérie de Olinda), au Brésil, développe depuis 1987 tout un travail de recherche de solutions au problème de la violence contre les enfants et le s adolescents, particulière-ment aigu à cet endroit. Dès le début, elle a pu compter avec l’ap pui du GAJOP (Cabinet de Conseil Juridique pour les Organisations Populaires) associé au Centr e Luiz Freire. Les habitants se sont organisés et ont crée une "Commission de paix pour les mi neurs". Celle-ci a demandé l’organisation de cours et de débats sur les aspects juridiques de la problématique du mineur. Une autre forme d’action importante a été l’organisation de réunio ns de rues, qui ont permis la mobilisa-tion permanente des habitants en élargissant les discus sions. La participation à un pro-gramme de radio a eu également un effet de mobilisation impor tant. A partir de ces travaux, des priorités d’action ont été définies pour 1988 puis un "Projet d’e xtension de l’expérience d’éducation communautaire contre la violence" a été en-gagé, avec pou r objectifs : permettre des échanges d’expériences entre groupes et institutions qui travaille nt sur la violence ; produire des connaissances sur cette problé-matique, spécialement en ce q ui concerne les mineurs, afin d’améliorer la perception des personnes impliquées et créer des possibilités de représentation de la société civile dans les instances qui s’occupent de ces q uestions ; faciliter la socialisation des informations et expériences à travers différentes re ncontres et renforcer ainsi le processus d’articulation entre les organisations et les secteur s sociaux concernés. Le GAJOP a permis l’extension du projet à d’autres communautés. Il a également apporté un appu i technique au développement des activités de recherche selon la méthodologie "recherche-actio n". Ces recherches se sont heurtées à certaines difficultés, mais elles ont permis de mettre en év idence le fait que les groupes perçoivent le mouvement populaire comme partie intégrante d’un mouvement plus ample pour la démocratisation de la société. La violence est abordée à travers les relations sociales, ce qui fait ressortir la spécificité de la violence contre les mineurs, ainsi que le lien entre cette question et celle plus génér ale du droit du citoyen à la sécurité publique. Cela nécessite de nouvelles formations qui rompent avec la compartimentalisation du travail éd ucatif, et l’élargissement du cadre théorique qui va définir le domaine de l’intervention comm unautaire contre la violence subie par les mineurs.


calle
calle
Mots-cl�s Adolescent - Assistance juridique et judiciaire - Communauté - Droit - Droit à la sécurité publique - Droits des enfants - Echanges d’expériences - Education populaire - Enfant - Formation juridique - Mobilisation communautaire - Recherche-action - Service juridique -

calle

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Site réalisé avec le soutien de la Fondation de France et de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme | Juristes-Solidarités participe à la Coredem | Action soutenue par la région Ile-de-France