Français - English - Español

Le Programme d’assistance juridique du SALAG




SALAG (Assistance Juridique Alternative et Structurelle pour les Groupes de Base), service juridique philippin, a été créé dans le but de répondre, en utilisant le droit alternatif, aux besoins de secteurs spécifiques des communautés de base. En effet, le droit alternatif facilite la mobilisation communau-taire des groupes défavorisés. SALAG a envisagé son utilisation en découvrant les injustices et les inégalités existantes au sein de la société philippine. Dans un tel contexte, le droit alternatif semble être un moyen efficace par lequel les populations défavori-sées peuvent assurer leur protection et défendre leurs droits jusque là bafoués. Le SALAG ne prétend pas résoudre tous les problèmes des communautés de base ; ses objectifs sont plus modestes et plus réalistes : aider les communautés à s’organiser ; leur faire prendre conscience de la force et des ressources qu’elles renferment afin d’envisager ensuite, la résolution de leurs problèmes fondamentaux (pauvreté, injustice...). Les membres du SALAG sont convaincus que la pratique représente le moyen le plus approprié pour tester la fiabilité d’une théorie ou d’un concept. Mais les différentes expériences ne sont pas toujours couronnées de succès. Dans le cas de Kasama, une organisation paysanne, l’utilisation du droit alternatif a eu des effets positifs. SALAG a participé à cette expérience à travers ses services juridiques et en organisant des séminaires de formation qui ont permis à Kasama de créer un comité d’assistance juridique. Aujourd’hui, Kasama oeuvre pour rassembler ouvriers agricoles et fermiers au sein d’une association solide et agit pour obtenir l’application de la réforme agraire. Une telle expérience permet de constater que les techniques juridiques ajoutées à d’importants efforts d’organisation impliquent des résultats positifs. D’un autre côté, une expérience en Nueva Ecija s’est soldée par un échec. Dans ce cas, SALAG était impliqué dans la lutte pour la récupération de terres frauduleusement accaparées par un dirigeant connu. SALAG a tenté de faciliter la formation d’organisa-tions populaires, mais la participation aux réunions et consultations organisées était très faible, ce qui explique qu’au cours de la pro-cédure judiciaire devant les tribunaux, les avocats sont intervenus pendant que leurs clients restaient à l’écart. SALAG conclut donc que les techniques juridiques transmises sont efficaces uniquement si les communau-tés sont organisées et déterminées à agir pour résoudre leurs problèmes. D’autres obstacles peuvent également ralentir l’utilisation du droit alternatif comme par exemple le manque de juristes, à cause des faibles revenus produits par cette activité, et surtout parce que c’est un phénomène nouveau dans les professions juridiques philippines. Le fait que la majorité des praticiens soient de jeunes juristes peut aussi expliquer leur manque de disponibilité. Mais aujourd’hui, la nécessité du droit alternatif ne peut plus être remise en question, et il in-combe au corps juridique de le reconnaître et de répandre son utilisation.


calle
calle
Mots-cl�s Assistance juridique et judiciaire - Communauté - Droit - Milieu rural - Mobilisation communautaire - Organisation communautaire - Population défavorisée - Pratique du droit - Professionnel du droit - Service juridique -

calle

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Site réalisé avec le soutien de la Fondation de France et de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme | Juristes-Solidarités participe à la Coredem | Action soutenue par la région Ile-de-France