Français - English - Español

Femmes africaines et droits humains




En Afrique au moment où la démocratie semble préoccuper ces différents Etats, le GREFFA (Groupe de Recherche, d’Etudes et de Formation "Femmes-Action") constate avec amertume que les femmes ne jouissent pas de leurs droits fondamentaux. Au Burkina Faso, bien qu’elles représentent environ 52% de la population et que leur rôle économique et socio-culturel soit indéniable, leurs droits élémentaires sont bafoués du fait de certaines coutumes rétrogrades et de l’ignorance même de ces droits. Cette situation a conduit le GREFFA à élaborer le programme intitulé "Femmes Africaines et Droits Humains". Les objectifs de ce programme sont les suivants : - faire prendre conscience aux femmes de leurs droits ; - les rendre capables de faire des analyses juridiques et d’utiliser le droit à leur profit ; - oeuvrer avec elles pour garantir leurs droits et favoriser leur participation au processus démocratique en Afrique ; - favoriser la création d’un réseau sous-régio-nal "Droits des Femmes". Les activités de ce programme au Burkina Faso s’articulent autour des points suivants : - information/sensibilisation sur les disposi-tions législatives prévues dans le droit positif (les faire connaître et respecter) et tous les droits des femmes n’ayant pas fait l’objet de lois ; - formation de para-juristes susceptibles de contribuer à une large vulgarisation des droits des femmes (animatrices et animateurs des cellules de base du GREFFA et autres organisations impliquées dans le program-me) ; - publication de textes en français et dans deux langues nationales (moré et jula) ; - suivi-évaluation du programme sur la base d’outils appropriés (fiches de suivi, cane-vas/grilles d’auto-évaluation et d’évaluation finale externe). Ce programme aura pour supports didacti-ques et outils de communication des moyens et canaux appropriés (journées d’information, tee-shirts, émissions radio et télévisées, affiches...). Il sera réalisé de concert avec les deux cellules de base du GREFFA, à savoir, les vendeuses de fruits et légumes de la ville de Ouagadougou et le groupement féminin du village de Nyanyongo de la province du Kadiogo, ainsi qu’avec d’autres organisations féminines et toutes les institutions s’intéres-sant aux droits humains en général et aux droits des femmes en particulier au Burkina Faso. Pour le GREFFA, ce programme s’intègre dans une optique de pratiques alternatives du droit dans la mesure où il doit stimuler la participation des femmes ainsi que leur réflexion critique sur le droit produit. Il va, en outre, favoriser l’appropriation du droit par ce groupe cible défavorisé, qui se sentira désormais acteur à part entière du dévelop-pement et du processus démocratique au Burkina Faso. Il est important de souligner que tout droit sans lien avec le quotidien et la réalité des femmes ne peut constituer pour elles un enjeu. Ce type de droit est donc subi par les femmes et peut même les aliéner.


calle
calle
Mots-cl�s Alphabétisation - Démocratie - Droit - Droit-langues nationales - Droits au quotidien - Droits des femmes - Femme - Formation de parajuristes - Pratique du droit - Production de droit - Vulgarisation du droit -

calle

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Site réalisé avec le soutien de la Fondation de France et de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme | Juristes-Solidarités participe à la Coredem | Action soutenue par la région Ile-de-France