Français - English - Español

"On trace le chemin en marchant" : une expérience de services juridiques populaires - CISALP




Cet article, publié dans "Portavoz. Boletín de los Programas de Servicios Legales en Latino-américa" de septembre 1993, s’attache à pré-senter les activités menées en 1993 par le CISALP (Centro de investigaciones sociales y asescoriàs legales populares- Centre de recherches sociales et de conseils juridiques populaires), association argentine implantée à Buenos Aires, qui a pour principal objectif le développement de services juridiques populaires en collaboration avec ses bénéficiaires. Elle est à l’origine de la création et de l’animation d’un réseau national de pratiques alternatives de droit regroupant divers organismes impliqués dans la problématique des droits de l’homme. Le bilan est fait sur les cinq principaux domaines d’intervention de l’association : Le CISALP et les zones d’habitat spontané du Grand Buenos Aires Après une période difficile marquée par la répression et les expulsions, les zones d’habitat spontané vont, dès 1981, profiter de l’affaiblis-sement du régime militaire, puis de l’avènement démocratique, pour se multiplier. Aujourd’hui, elles sont plus d’une centaine regroupant près de 200 000 personnes, qui revendiquent leur reconnaissance officielle et l’accès aux infra-structures de services publics. Les initiatives politiques actuelles et le mouvement provisoire se sont malheureusement limités à freiner les expulsions et à autoriser l’achat des terres propriétés de l’Etat (Plan Arraigo). Aujourd’hui le CISALP tente de soutenir les groupements représentants ces zones dans leur lutte quotidienne pour la sécurité de la terre et l’amélioration de leurs conditions de vie. Appui à l’organisation d’initiatives juridiques populaires La seconde activité du CISALP, et sans doute la plus proche de sa philosophie initiale, consiste en l’appui à l’émergence de structures populaires de défense et de promotion des droits de l’homme. L’une de ces initiatives, impulsée dans le quartier de San Francisco Solano (zone d’habitat spontané) nous est présentée depuis son origine et jusqu’à son dénouement. A la suite de l’assassinat de leur président et de la détention d’anciens activistes, les membres d’un ancien groupe populaire, proche des communautés ecclésiastiques de base, ont sollicité l’aide du CISALP. Celui-ci a alors organisé des ateliers de réflexion et de sensibilisation juridiques et identifié de possibles stratégies d’action face aux exactions de l’appareil policier. La défense de l’environnement Le CISALP est membre de la Commission de lutte contre la pollution, "Société d’encouragement José Hernandez", créée à l’initiative des habitants du quartier de Quilmes Oeste, suite aux protestations émises par eux contre une papeterie locale contaminant l’air et l’eau de leur environnement immédiat. Cette première action collective va donner naissance à une commission permanente - réunissant l’entité susdite, diverses sociétés d’encouragement, et de zones d’habitation voisines - autour du problème de la pollution aérienne. Le rôle du CISALP au sein de cet organisme est triple : conseil juridi-que ; participation à la réalisation de campagnes de sensibilisation ; collaboration à l’identification et l’étude de problématiques communes à l’ensemble des habitants des zones membres de la Commission. Education juridique Le CISALP tente de diffuser son expérience et de sensibiliser, par divers moyens, les citoyens argentins à leurs droits. Il publie ainsi une revue, "Pretextos", à l’usage des organismes impliqués dans le domaine des services juridiques populaires. Par ailleurs, le CISALP a réalisé 11 enregistrements radiophoniques diffusés auprès des radios alternatives, sur le droit du travail. Il prépare actuellement des interventions similaires sur les détentions arbitraires et les droits des prévenus. Constitution d’un réseau de services juridiques populaires Le CISALP tente de mettre sur pied un réseau national réunissant organismes et personnes engagées dans le domaine de l’appui juridique aux initiatives populaires. Le réseau aura pour objectif, d’une part, de recenser les expériences en la matière, d’autre part, d’informer et de former les professionnels et les étudiants impliqués dans ce type de problématique. Enfin, de susciter de nombreuses réflexions critiques sur la base des pratiques des participants autour des notions de droit et d’appui juridique. A l’heure actuelle, le noyau dur de ce réseau est constitué et il réunit, le CISALP, le CECOPAL (Córdoba) et les services juridiques commu-nautaires de Rosario.


calle
calle
Mots-cl�s Action juridique et judiciaire - Droit - Droits de l’homme - Education juridique - Education populaire - Environnement - Habitat spontané - Milieu urbain - Promoteur juridique - Quartier - Réflexion collective - Sensibilisation au droit - Service juridique populaire -

calle

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Site réalisé avec le soutien de la Fondation de France et de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme | Juristes-Solidarités participe à la Coredem | Action soutenue par la région Ile-de-France